LITURGIE





✍ ¶ Le déroulement d'une messe et sa signification. Les principales étapes significatives de la visite d'une église.

VISITE D'UNE ÉGLISE

À l'origine, les églises étaient tournées vers l'est : orientées. On peut penser par exemple à Notre Dame de Paris, dont l'autel est vers le Soleil Levant, vers Jérusalem.

La Porte

Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et sortira, et trouvera un pâturage.
Luc 10.
C'est clair, la porte d'une église, mot qui désigne à la fois le lieu et les humains qui s'y rassemblent, c'est Jésus qui nous accueille en sa maison. Elle est à la fois massive pour repousser le diabole et large pour accueillir les fidèles. Il est cependant bon de rappeler que si la porte du Salut est grande, notre âme hypertrophiée peut nous empécher de passer : Il est plus facile à un chameau de passer par le chas d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le Royaume des Cieux (référence). À nous d'entrer dans le Salut libérés du poids des contingences matérielles (ceci dit c'est des fois difficile lorsqu'on reçoit une lettre d'huissier). Si nous sommes prêts à recevoir l'explosion d'Amour de l'Eucharistie, nous pourrons vivre l'Évangile dans notre vie et dispenser l'amour vers tous nos frères humains. Si nous restons penchés sur nos livres de comptes, LE LIVRE restera muet pour nous.

L'autel

C'est l'élément le plus important, ou presque, du lieu de culte. C'est bien entendu la Cène, (cena = "table") la table du Sacrifice suprême au cours duquel Dieu nous a donné son corps & son sang,
Vous ferez cela en mémoire de moi
. De fait, c'est donc un rappel de l'épisode vétéro-testamentaire du Sacrifice d'Isaac par Abraham, que Dieu a remplacé par un bêlier, mettant ainsi fin aux sacrifices humains, et reportant l'appelation prémice vers les animaux. On peut aussi y voir le rocher d'où Moïse fit sortir l'eau vive, préfigurant l'Eau Vive qui sortie du côté de Jésus. En parlant de rocher, elle représente aussi la pierre roulée devant le tombeau de Jésus. Elle est aussi Jésus lui-même qui est Le Sacrifié, le Sacrifice, le Sacrificateur et l'autel du Sacrifice.

Le bénitier

Cette petite vasque se trouve, au minimum à droite de l'entrée de l'église et contient de l'eau bénite. Il permet donc au visiteur de se mettre dans une disposition d'esprit qui vise à la pureté, par le Père, le Fils & le Saint-Esprit afin de mieux prier ou d'aller plus entièment vers le sacrement de l'Eucharistie. L'eau b&eacte;nite n'est pas magique, ne porte pas bonheur, n'a pas vraiment une composition spéciale. C'est, comme l'eau du baptême, de l'eau au-dessus de laquelle le prêtre a fait un petit rituel de bénédiction dont l'acte le plus important est bien entendu le signe de la Croix, accompagné de la citation des Personnes de la Sainte Trinité. Pour qui veut bien se mettre en disposition de purifier, fortifier, adoucir son âme & sa foi, elle permet de se faire pur, de se faire bénir par une eau rendue plus pure & plus vive par Jésus, afin de bénir par l'Esprit, à son tour, le Père, se rendant ainsi tout entier à Dieu.

LA MESSE

¶ « Dieu nous invite en sa maison, Dieu nous invite à son festin » dit un célèbre chant d'entrée. Et c'est bien dans un esprit de fête & de partage que nous sommes rassemblés chaque dimanche (ou plus souvent pour ceux qui en ont la chance). Un temps au cours duquel nous pourrons prier, mais pas seulement. C'est un temps où le corps du Christ qu'est l'assemblé (ecclesia > "église") se réuni pour chanter, louer & bénir Dieu, à l'invitation de la personne divine qui est Sauveur : Jésus le Christ. Mais pour le bien louer & communier, une certaine étiquette ou protocole, pourrait-on dire, est respecté. C'est la liturgie de la messe, et c'est son déroulé, qui suit une sorte de courbe de Gauss mystique, que nous suivront ici. Pour ce faire, nous recopierons les prières, envoies du célébrant & refrains de l'assemblée, assortis le cas échéant d'un commentaire personnel (qui se voudra théologique, mais à l'impossible, nul n'est tenu, comme dit la sagesse populaire).

OUVERTURE DE LA CÉLÉBRATION

Pour accompagner la procession du célébrant vers l'autel, & de ses servants de messe voire de ses co-célébrant s'il y en a, nous débutons notre célébration par ce que l'on appel très justement le chant d'entrée. Entrée dans un temps de louange, donc le chant rappelera justement la louange à Dieu, la mission de l'Église, peuple de Dieu, tout thème autour de la joie d'être témoin depuis notre baptême. Puis, après avoir adoré l'autel, le prêtre nous place réellement dans le temps de louange commune par le signe de la Croix, qui devra bien envelopper la partie noble de notre corps, en nous plaçant sous le signe de la Sainte Trinité.

Salut au peuple

Voici quelques exemples de salutations entre le peuple, figure du Christ, et les fidèles :
    La grâce de Jésus notre Seigneur,
    l'amour de Dieu le Père
    & la communion de l'Esprit Saint
    soient toujours avec vous.
    R. Et avec votre esprit.
    ou : Le Seigneur soit avec vous.
    R. Et avec votre esprit.
    ou : Que Dieu notre Père
    & Jésus Christ notre Seigneur
    vous donne la grâce & la paix.
    R. Béni soit Dieu, maintenant & toujours!

La première prière est assez intéressante pour son invocation de chacune des particularités des trois personnes divines.

Préparation pénitentielle & prière de supplication

Le ministre du culte introduit la messe pour mettre les fidèles dans la connaissance de la célébration du jour, par exemple en expliquant le texte de l'Antienne d'ouverture. Il invite ensuite l'assemblée à la pénitence. Ainsi, après un temps de silence de recueillement, nous pourrons dire :
    R. Je confesse à Dieu tout-puissant,
    je reconnais devant mes frères
    que j'ai péché en pensée, en parole,
    par action et par omission ; ici, on se frappe la poitrine
    oui, j'ai vraiment péché.
    C'est pourquoi je supplie la Vierge Marie,
    les anges & tous les saints,
    & vous aussi, mes frères,
    de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

Après quoi, le curé demande à Dieu, pour tous, le pardon :
    Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde ;
    qu'il nous pardonne nos péchés
    et nous conduise à la vie éternelle.
    R. Amen
    Puis l'on enchaîne sur l'anamnèse souvent chanté par un fidèle de l'E.A.P. :
    Seigneur, prends pitié.
    R. Seigneur, prends pitié.
    O Christ, prends pitié.
    R. O Christ, prends pitié.
    Seigneur, prends pitié.
    R. Seigneur, prends pitié.
    ou :Kyrie, eleison.
    R. Kyrie, eleison.
    Christe, eleison.
    R. Christe, eleison.
    Kyrie, eleison.
    R. Kyrie, eleison.
    un
    dialogue
    comme
    celui-ci
    peut-être
    aussi
    choisi :
    Seigneur, accorde-nous ton pardon.
    R. Nous avons péché contre toi.
    Montre-nous ta miséricorde.
    R. Et nous serons sauvés
    Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde ;
    qu'il nous pardonne nos péchés
    et nous conduise à la vie éternelle.
    R. Amen
    Seigneur, prends pitié.
    R. Seigneur, prends pitié.
    O Christ, prends pitié.
    R. O Christ, prends pitié.
    Seigneur, prends pitié.
    R. Seigneur, prends pitié.
    voire
    une
    litanie :
    Seigneur Jésus, envoyé par le Père
    pour guérir & sauver les hommes,
    prends pitié de nous.
    R. Prends pitié de nous.
    O Christ, venu dans le monde
    appeler tous les pécheurs,
    prends pitié de nous.
    R. Prends pitié de nous.
    Seigneur, élevé dans la gloire du Père,
    où tu intercèdes pour nous,
    prends pitié de nous.
    R. Prends pitié de nous.
    Que Dieu Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde ;
    qu'il nous pardonne nos péchés
    et nous conduise à la vie éternelle.
    R. Amen

Je sais, à ce stade, que nombreux sont ceux qui, angoissés à l'idée que l'on puisse remettre en cause le manière de vivre, sont déjà en train de pousser des hauts cris du genre « Le poids du péché c'est lourd à porter chez les catholiques, nous voudrions faire tout & n'importe quoi sans en subir les conséquences ». Je crois qu'ici il ne s'agit pas de se punir parce qu'on a trop mangé cette semaine ou que l'on a été injuste envers un ou une petit(-e) ami(-e). Même si bien sûr il n'y a pas de quoi se glorifier d'avoir un comportement égoïste, notamment dans nos pays où nous avons tout au niveau matériel, & aussi souvent l'instruction qui permet de se libérer un peu des pulsions primitives. Ici, nous demandons, en entrant doucement, humblement, dans la célébration à Dieu, qui est déjà venu sur Terre nous montrer par Sa Résurrection que le Salut nous est offert & qu'il ne tient qu'à nous d'y prendre part, nous lui demandons, donc, de nous libérer de notre condition de pécheurs. Car c'est une condition, plus qu'un état passager ou l'expression d'une volition. C'est parce que nous sommes pécheurs (physiquement nous sommes imparfaits, finis dans le temps & l'espace, soumis aux maladies & infirmités de toutes sortes -- psychologiquement, nous pouvons facilement faire du mal au autres, voire même avec les meilleures intentions du monde) & que nous en sommes conscients, mais que nous voulons sans cesse nous améliorer, comme souvent les détracteurs même de la notion de péché, que nous demandons à Dieu de nous en libérer dès maintenant, conscients que notre prière ne sera comblée certaienement qu'après notre mort. Mais c'est le cœur plus léger d'avoir laisser nos bagages à l'entrée que nous entrerons plus avant dans la célébration, vers cet instant ultime de joie où nous recevrons le corps & le sang du Seigneur en nous.

Chant de louange

C''est tout simplement le Gloria, chant si souvent mis en musique, notament Vivaldi qui en a fait une brillante composition, disant bien la joie de chanter Dieu. Les premières paroles sont issues du chant des anges à Béthléem. Il semble que c'est l'un des plus anciens « cantiques spirituels ». Voici les paroles de cet hymnes festifs :
    Glorian in excelsis Deo
    Version latineVersion française
    Gloria in excelsis Deo
    Et in terra pax hominibus bonæ voluntatis.
    Laudamus te, benedicimus te, adoramus te,
    Glorificamus te,
    gratias agimus tibi propter magnam gloriam tuam,
    Domine Deus, Rex cælestis, Deus Pater omnipotens,
    Domine Fili unigenite, Iesu Christe,
    Domine Deus, Agnus Dei, Filius Patris,
    Qui tollis peccata mundi, miserere nobis ;
    Qui tollis peccata mundi, suscipe deprecationem nostram.
    Qui sedes ad dexteram Patris, miserere nobis.
    Quoniam tu solus Sanctus,
    Tu solus Dominus
    Tu solus altissimus, Iesu Christe,
    cum Sancto Spiritu : in glori Dei Patris. Amen.
    Gloire à Dieu, au plus haut des cieux,
    Et paix sur la terre aux hommes qu'il aime.
    Nous te louons, nous te bénissons, nous t'adorons.
    Nous te glorifions, nous te rendons grâce,
    pour ton immense gloire,
    Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père tout-puissant.
    Seigneur, Fils unique, Jésus Christ,
    Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père ;
    Toi qui enlères le péché du monde, prends pitié de nous ;
    Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;
    Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.
    Car toi seul est saint,
    Toi seul est Seigneur,
    Toi seul est le Très-Haut :
    Jésus Christ, avec le Saint-Esprit
    Dans la gloire de Dieu le Père. Amen.

Prière d'ouverture

Prions.

Le peuple peut alors formuler en silence quelques intentions de prière. Cete prière commune silencieuse, communion d epri&egravre;res, est vraiment la prière du peuple de Dieu. Elle est un temps de prière avant le repas du Christ, c'est encore mieux si chacun y a songé avant de venir. Une bonne prière à Dieu est adressée aux trois personnes divines, c'est bien si on le fait soi-même. Pour ce moment, c'est le prêtre, ainsi que l'y enjoint la liturgie, qui le fera :
    Par Jésus Christ, ton Fils,
    notre Seigneur et notre Dieu,
    qui règne avec toi & le Saint Esprit,
    maintenant & pour les siècles des siècles.
    R. Amen

--+++ooo0ooo+++--

LITURGIE DE LA PAROLE

Nous voilà dans la bonne disposition d'esprit : nous avons laissé nos péchés à l'entrée, nous avons loué Dieu, chanté Sa gloire. Nous lui avons adressé une prière commune. Il est temps de goûter aux saveurs qui viennent d'En-Haut. Et d'abord, la parole du Seigneur (sachant que Jésus est Verbe & les anges messages - voire messagers - de Dieu). Celle-ci nous est transmise par voie humaine, & nous suivons presque l'ordre chronologique, allant vers la Bonne Nouvelle ui nous conduira vers l'offrande absolue.

Surtout, il faut rester conscient que nous assistons là à un dialogue de Dieu avec son peuple. En effet, lorsque les textes sont lus, Ancien Testament & Évangile, c'est Dieu qui parle aux hommes ; lors du psaume & de la profession de foi, son peuple lui répond. C'est à nous d'écouter le Maître de maison, & de lui répondre avec l'enthousiasme qui sied à la circonstance.

✡ Première lecture ✡

ASSIS

Elle est en générale empruntée @ l'Ancien Testament, en tout cas pour les dimanche du temps ordinaire. Elle en rapport, plus ou moins évident, avec le texte de l'évangile, qu'elle aide à comprendre, tout en nous montrant que Dieu n'a cessé de nous envoyer des messages qu'ils nous laisse libre d'entendre ou non. Au temps pascal, elle est tirée des Actes des Apôtres, pour nous faire méditer, en ces temps où l'on prie pour le renouvellement constant de notre foi, par Jésus, sur ce que fut la vie après la résurrection du Christ. Pour plus de solennité, le lecteur peut ponctuer sa lecture ainsi :
    Parole du Seigneur.
    R. Nous rendons grâce à Dieu.
volumen

Psaume

Nous cherchons chez le psalmiste de quoi répondre respectueusement au Créateur. C'est trés logiquement auprès de la communauté qui a dis
Me voici !!
en premier que nous trouverons, que ce soit dans la supplication ou la louange, de quoi parler à Dieu, nous rappelant que Jésus, sur la Croix, récitait le n 22... Les psaumes, en général, nous rappellent l'œuvre de Dieu, chaque jour dans nos vies. Comme disait Steel Pulse : chant a psalm a day.

Deuxième lecture

Elle est tirée des écrits non évangéliques du Nouveau Testament, ce qui poursuit la montée vers le message christique. Dans la communion des saints, nous nous nourrissons de la foi des premiers chrétiens.

☦ Évangile ☦

DEBOUT

Il est introduit par un Alléluia, pour louer Dieu, & surtout Jésus, la personne du Fils qui nous a révélé notre Salut, & dont nous accueillons la bonne nouvelle (ce que signifie d'ailleurs le mot évangile). C'est pouquoi, comme pour montrer notre joie à l'annonce de la bonne nouvelle, nous sommes debout pendant que Dieu nous l'annonce.
    Le Seigneur soit avec vous.
    R. Et avec votre esprit.
    Dominvs vobiscvm
    R. Et cvm spiritv tvo
À l'énoncé de l'évangile du jour, nous traçons sur nos fronts, bouches & cœurs, comme le fait le pr&ecric;tre, pour que l'Évangile guide nos pensées, paroles & sentiments, afin d'être de parfaits témoins du Christ dans le monde.
    Évangile de Jésus Christ ††† selon...
    R. Gloire à toi, Seingeur.
    Lectio ††† sancti Evangelii secundum...
    R. Gloria tibi, Domine
À la fin de l'évangile :
    Acclamons la parole de Dieu.
    R. Louange à toi, Seigneur Jésus.

Homélie

ASSIS

homeliaire d'EginonAutrefois appelé sermon, ce commentaire de la parole a repris son nom d'homélie dernièrement. Il s'agit pour le prêtre de rendre compréhensible ce que nous venons d'entendre, en les mettant en parallèle, & en nous donnant des exemples tirés du quotidien. Après l'homélie, un temps de silence nous permet de méditer sur notre vie & son adéquation à la Parole du Seingeur.

Le CREDO, que l'on va dire par la suite, est l'affirmation de notre acceptation de ce que l'on vient d'entendre, et l'expression de notre foi, notre confiance dans l'amour du Dieu en trois personnes : nous croyons au Père, au Fils & au Saint-Esprit. Il a fallut plusieurs conciles pour en mettre le texte au point, & pourtant certains trouvent encore que son expression de la Sainte Trinité n'est pas tout à fait satisfaisante.

Profession de foi

DEBOUT

    En latin
    (on prononce "à la française", les "ae" sont non diphtongués)
    En français
    Credo in unum Deum
    Patrem omnipotentem, factorem cæli & terræ,
    visibilium omnium & invisibilium.
    Et in unum Dominum Jesum Christum, Filium Dei unigenitum,
    et ex Patre natum ante omnia sæcula.
    Deum de Deo, lumen de lumine, Deum verum de Deo vero.
    Genitum, non factum, consubstantialem Patri :
    per quem omnia facta sunt.
    Qui propter nos homines et propter nostram salutem descendit de cælis.
    Et incrnatus est de Spiritu Sancto ex Maria Virgine,
    et homo factus est.
    Crucifixus etiam pro nobis sub Pontio Pilato ;
    passus et spultus est,
    Et resurrexit tertia die, secundus Scripturas,
    et ascendit in cælum sedet ad dexteram Patris.
    Et iterum venturus est cum gloria, judicare vivos et morturos ;
    Et in Spiritum Sanctum, Dominium et vivificantem :
    qui ex Patre Filioque procedit.
    Qui cum Patre et Filio, simul adoratur et conglorificatur :
    qui locutus est per prophets.
    Et unam, sanctam, catholicam et apostolicam Ecclesiam.
    Confiteor unum baptisma, in remissionem peccatorum.
    t especto resurrectionem mortuorum, et vitam venturi sæculi.
    Amen.
    Je crois en un seul Dieu,
    Le Père tout-puissant, créateur du ciel & de la terre,
    de l'univers visible & invisible.
    Je crois en un seul Seigneur, Jésus Christ,
    le Fils unique de Dieu, né du Père avnt tous les siècles :
    Il est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu,
    Engendré, non pas crée, de même nature que le Père ;
    & par lui tout a été fait.
    Pour nous les hommes, & pour notre salut, il descendit du ciel ;
    Par l'Esprit Saint, il a prit chair de la Vierge Marie, & s'est fait homme.
    Crucifié pour nous sous Ponce Pilate,
    il souffrit sa passion & fut mis au tombeau.
    Il ressuscita le troisième jour,
    comformément aux Écritures,
    & il monta au ciel ; il est assis à la droite du Père.
    Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants
    & il les morts : & son règne n'aura pas de fin.
    Je crois en l'Église, une, sainte, catholique & apostolique,
    Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés.
    J'attends l résurrection des m☠rts, & la vie du monde à venir.
    Amen.
    On peut choisir, suivant les paroisses le Symbole des Apôtres, plus court, & surtout moins chargées de détails théologiques ajoutés au court des années & des conciles.

    Je crois en Dieu,
    le Père tout-puissant,
    Créateur du ciel & de la terre.

    Et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur,
    qui a été conçu du Saint Esprit,
    est né de la Vierge Marie,
    a souffert sous Ponce Pilate,
    a été crucifié, est mort & a été enseveli,
    est descendu aux enfers,
    le troisième jour est ressuscité des morts,
    est monté aux cieux,
    est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,
    d'où il viendra juger les vivants & les morts.

    Je crois en l'Esprit Saint,
    à la sainte Église catholique,
    à la communion des saints,
    à la rémission des péchés,
    à la résurrection de la chair,
    à la vie éternelle.
    Amen.

Prière universelle

Moment fort de la liturgie des dimanches & jours de fêtes, elle permet, notamment, de rendre tangible notre croyance en la communion des saints. On prie pour les missions de l'Église & les besoins des chrétiens, voire des hommes.

On peut alors préter attention aux besoin matériels des uns & des autres, faire allussion à une actualité particulièrement marquante de a semaine. Chaque intentionde prière est envoyé par un refrain qu'entonne la communauté. Le prêtre conclut la prière par une oraison.

--+++ooo0ooo+++--

LITURGIE DE L'EUCHARISTIE



Vous ferez cela en mémoire de moi...

La préparation des dons

ASSIS

Débuter le rite de l'offrande eucharistique par un chant de joie & de générosité est une bonne façon de montrer à Dieu avec quel entrain nous lui présentons nos dons. Aux temps de fêtes, il est bon que les fidèles apporte du pain & du vin. Sinon, une procession avec le pain & le vin, ou les dons des fidèles, afin de montrer leur participation au sacrifice. C'est toute la raison d'être de la quête : participer au sacrifice suprême qu'à offert Jésus, en l'expliquant à ses premiers disciples lors du dernier repas de pesah et que l'on perpetue dans l'église depuis les origines.

Le célébrant monte alors à l'autel & présent la patène avec laquelle seront consacrées les hosties.
    Tu es béni Dieu de l'univers,
    toi qui nous donnes ce pain,
    fruit de la terre & du travail des hommes ;
    nous te le présentons :
    il deviendra le pain de la vie.
    Si le prêtre a dit ces paroles à haute voix, les fidèles r&épondront :
    R. Béni soit Dieu, maintenant & toujours !
S'ensuit la préparation du calice en mêlant l'eau au vin :
    Comme cette eau se mêle au vin
    pour le sacrement de l'Alliance
    puissions-nous être unis à la divinité
    de Celui qui a pris notre humanité.
Le curé présente le calice contenant le jus de raisin fermenté :
    Tu es béni Dieu de l'univers,
    toi qui nous donnes ce vin,
    fruit de la vigne & du travail des hommes ;
    nous te le présentons :
    il deviendra le vin du Royaume éternel.
    Si le prêtre a dit ces paroles à haute voix, les fidèles r&épondront :
    R. Béni soit Dieu, maintenant & toujours !
S'inclinant, le célébrant dit à voix basse :
    Humbles & pauvres, nous te supplions, Seigneur ;
    accueille-nous :
    que notre sacrifice, en ce jour, trouve grâce devant toi.
Après quoi, le prêtre peu encenser les dons ainsi que l'autel : ceci montre que nos dons doivent être accompagnés & sanctifiés par nos prières comme par la fumée de l'encens qui, en plus de sentir bon, purifie l'air & le sanctifie. Ensuite, il se lave les mains en disant à voix basse :
    Lave-loi de mes fautes, Seigneur, purifie-moi de mon péché.

Prières sur les offrandes

DEBOUT

Tout d'abord, le peuple est invité à prier sur les offrandes :
    Prions ensemble,
    au moment d'offrir le sacrifice de toute l'Église.
    R. Pour la gloire de Dieu & le salut du monde.
On quitte alors la préparation de dons pour entrer dans la la prière eucharistique. Le prêtre demande dans cette petite prière, dont le texte varie à chaque messe, que Dieu accepte les petites offrandes que nous lui faisons et en fasse le sacrifice de son Fils. Elle se conclut de la sorte :
    ... par Jésus, le Christ, notre Seigneur.
    R. Amen.
La Prière eucharistique

    Dominus vobiscum.
    R. Et cum piritu tuo.
    Sursum corda.
    R. Habemus ad Dominum.
    Gratias agamus Domino Deo nostro.
    R. Dignum et justum est.
    Le Seigneur soit avec vous.
    R. Et avec votre esprit.
    Élevons notre cœur.
    R. Nous le tournons vers le Seigneur.
    Rendons grâce au Seigneur notre Dieu.
    R. Cela est juste & bon.
Pour faire suite à cette invitation à l'action de grâce, le prêtre choisi quelle prière eucharisitque il veut prononcer. Chacune est précédée d'une préface, ci-dessous un tableau listant les prières eucharistiques. Pour aide, les premiers mots de la prière, ou de la préface si elle est invariable (א) sont notés. :

Liste des prières eucharisiques & des préfaces
Prière eucharistique 1 :Père infiniment bon...cliquez ici
Prière eucharistique 2 :Toi qui est vraiment saint...cliquez ici
Prière eucharistique 3 :Tu es vraiment saint...cliquez ici
Prière eucharistique 4 :א Vraiment, il est bon de...cliquez ici
        Voici une deuxième liste avec des prières plus locales, autorisée uniquement dans certains pays ou diocèses :
Pour les enfants I :א Dieu notre Père, tu nous as réunis...cliquez ici
Pour les enfants II :א Oui, Père très bon, c'est une fête...cliquez ici
Pour les enfants III :א Père, nous te disons merci...cliquez ici
Pour la Réconciliation I :א Vraiment, il est juste & bon...cliquez ici
Pour la Réconciliation II :א Dieu, notre Père...cliquez ici
Pour les grands rassemblements :א Nous te rendons grâce...cliquez ici

Préface

La préface est l'ouverture, pa prépration ` la prière eucharistique. Eucharistie signifie "action de grâce". On chemine donc vers la consécration de l'offrande suprême en le pain & le vin : corps & sang du Seigneur. Jésus a partagé le pain & le vin avec ses disciples en rendant grâce à son père.

Qu'est-ce que rendre grâce ? C'est acquiescer au fait que Dieu nous comble de grâces & nous lui sommes grés pour nore vie & pour notre Salut. La diversité des préfaces qui se succèdent les unes aux autres pour s'accorder aux temps liturgiques afin de mettre en lumière les étapes historiques de la révélation du Salut, à travers les mystèrs christiques. Elle constitue une profession de foi : une expression de ce qui nous donne notre confiance en Dieu.

À ce moment là, plus qu'à tout autre de la messe, nous reprenons à notre compte la vieille tradition hébraïque qui veut que la liturgie terrestre reprenne comme un reflet, un écho la liturgie céleste célébrée par les anges & autres créatures célestes. C'est donc avec toute la déférence, l'amour & la joie des anges que nous entrons dans le temps eucharistique, au cours duquel nous serons en contact physique avec notre Dieu. Vous trouverez ici quelques exemples des nombreuses préfaces qui existent. La préface s'achève invariablement par l'acclamation de l'assemblée, en résonnance avec les anges :
    R. Sanctus, Sanctus, Sanctus, Dominus Deus Sabaoth.
    Pleni sunt cæli & terra gloria tua.
    Hosana in excelsis.
    Benedictus qui venit in nomine Domini.
    R. Saint! Saint! Saint, le Seigneur, Dieu de l'univers!
    Le ciel & la terre sont remplis de ta gloire.
    Hosana au plus au des cieux.
    Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
    Hosana au plus au des cieux.

Prière eucharistique 2

Nous retrouvons ici la prière eucharistique 2 car elle permet de bien suivre le rythme & l'enchaînement de la liturgie, notamment grâce à sa relative brièveté.
Préface

Celle-ci n'est donnée qu'à titre indicatif

Vraiment, Père très saint,
il est juste & bon de te rendre grâce,
toujours & en tout lieu,
par ton Fils bien-aimé, Jésus Christ :
Car il est ta Parole vivante,
par qui tu as créé toutes choses ;
c'est lui que tu nous as envoyé
comme Rédempteur & Sauveur,
Dieu fait homme conçu de l'Esprit Saint,
né de la Vierge Marie ;
pour accomplir jusqu'au bout ta volonté
& rassembler du milieu des hommes
un peuple saint qui t'appartienne,
il étendit les mains à l'heure de sa passion,
afin que soit brisée la mort,
& que la résurrection soit manifestée.
C'est pourquoi,
avec les anges & tous les saints,
nous proclamons ta gloire,
en chantant d'une seule voix :

première acclamation de l'assemblée

Saint! Saint! Saint, le Seigneur, Dieu de l'univers!
Le ciel & la terre sont remplis de ta gloire.
Hosana au plus au des cieux.
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
Hosana au plus au des cieux.
Toi qui es vraiment saint,
toi qui es la source de toute sainteté,
Seigneur, nous te prions :

invocation de l'Esprit Saint pour la consécration

Sanctifie ces offrandes
en répandant sur elles ton Esprit
qu'elles deviennent pour nous
le corps & le sang
de Jésus, le Christ, notre Seigneur.

récit de l'Institution

Au moment d'être livré
& d'entrer dans librement dans sa passion,
il prit le pain,
il rendit grâce,
il le rompit
& le donna à ses disciples, en disant :

« Prenez, & mangez-en tous :
ceci est mon corps
livré pour vous.»

De même, à la fin du repas,
il prit la coupe ;
de nouveau il rendit grâce
& la donna à ces disciples, en disant :

« Prenez, & buvez-en tous,
car ceci est la coupe de mon sang,
le sang de l'Alliance nouvelle & éternelle,
qui sera versé
pour vous & pour la multitude
en rémission des péchés.
Vous ferez cela,
en mémoire de moi. »

deuxième acclamation de l'assemblée

Il est grand, le mystère de la foi :
Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus,
nous célébrons ta résurrection,
nous attendons ta venue dans la gloire.


> ou
Quand nous mangeons ce pain
& buvons à cette coupe,
nous célébrons le mystère de la foi :

Nous rappelons ta mort,
Seigneur ressuscité,
& nous attendons que tu viennes.


> ou :
Proclamons le mystère de la foi :
Gloire à toi qui étais mort,
gloire à toi qui est vivant,
notre Sauveur & notre Dieu :
Viens, Seigneur Jésus!

mémorial du mystère pascal

Faisant ici mémoire
de la mort & de la résurrection de ton Fils,
nous t'offrons, Seigneur,
le pain de la vie & la coupe du salut,
& nous te rendons grâce,
car tu nous as choisis pour servir en ta présence.

invocation de l'Esprit Saint pour notre unité

Humblement, nous te demandons
qu'en ayant part au corps & au sang du Christ,
nous soyons rassemblés
par l'Esprit Saint
en un seul corps.

intercessions pour l'Église

Souviens-toi, Seigneur,
de ton Église répandue à travers le monde :
Fais-la grandir dans ta charité
avec le Pape [...], notre évêque [...],
& tous ceux qui ont la charge de ton peuple.

communion avec les défunts & prière pour les morts de la semaine

Souviens-toi aussi de nos frères
qui se sont endormis dans l'espérance de la résurrection,
& de tous les hommes qui ont quitté cette vie :
reçois-les dans ta lumière, après de toi.

le peuple rassemblé

Sur nous tous enfin,
nous implorons ta bonté :
Permets qu'avec la Vierge Marie,
la bienheureuse Mère de Dieu,
avec les apôtres & les saints de tous les temps
qui ont vécu dans ton amitié,
nous ayons part à la vie éternelle,
& que nous chantions ta louange,
par Jésus Christ ton Fils bien-amié.

offrande & louange de conclusion

Par lui, avec lui & en lui,
à Toi, Dieu le Père tout-puissant,
dans l'unité du Saint-Esprit,
tout honneur & toute gloire,
pour les siècles des siècles.

Amen.

Rites de communion

Les offrandes ont été consacrées & sont devenus par l'action de Dieu corps & sang de son Fils, nous allons nous nourrir du pain de la vie éternelle, seul vrai pain cherché par le chrétien. C'est à ce moment que l'on prélève l'hostie qui peut être offerte à l'adoration des fidèles dans l'ostensoir.

La liturgie entière nous a menée vers ce moment magnifique, pour que nous soyons prêts, afin de bien recevoir cette nourriture spirituelle, à nous sacrifier nous-mêmes. Nous devons nous sentir prêts; emplis de foi, à accomplir la volonté de Dieu que Jésus nous a révélé comme un commandement nouveau, & qui contient tous les autres : aimons-nous les uns les autres, & en particulier nos frères qui communient avec nous.

Prière du Seigneur Jésus

Jésus Christ nous a offert lui-même le texte de LA prière que tous les chrétiens reprennent en chœur depuis les origines. En voici le texte :
    Pater noster, qui es in cælis :
    sanctificetur nomen tuum ;
    adveniat regnum tuum ;
    fiat voluntas tua,
    sicut in cælo et in terra.
    Panem nostrum quotidianum
    da nobis hodie ;
    & dimitte nobis debita nostra,
    sicut & nos dimittimus debitoribus nostris ;
    & ne nos inducas in tentationem ;
    sed libera nos a malo.
    Notre Père, qui est aux cieux,
    que ton nom soit sanctifié,
    que ton règne vienne,
    que ta volonté soit faite
    sur la terre comme au ciel.
    Donnes-nous aujourd'hui
    notre pain de ce jour.
    Pardonnes-nous nos offences,
    comme nous pardonnons aussi
    à ceux qui nous ont offensés.
    Et ne nous soumets pas à la tentation,
    mais délivre-nous du Mal.
    Le prêtre dévellope la dernière demande de la prière du Seigneur :
    Délivre-nous de tout mal, Seigneur,
    & donne la paix à notre temps;
    par ta miséricorde, libère-nous du péché,
    en cette vie où nous espérons
    le bonheur que tu promets
    & l'avénement de Jésus Christ, notre Sauveur.

    troisième acclamation de l'assemblée

    Car c'est à toi qu'appartiennent
    le règne, la puissance & la gloire,
    pour les siècles des siècles !

    ¶ Si l'on chante, on peut prendre le texte suivant :
    À toi le règne
    à toi, la puissance & la gloire,
    pour les siècles des siècles !

La Paix

    Seigneur Jésus Christ, tu as dis à tes Apôtres :
    « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix »
    ne regarde pas nos péchés mais la foi de ton Église ;
    pour que ta volonté s'accomplisse,
    donne-lui toujours cette paix,
    & conduis-la vers l'unité parfaite,
    toi qui règnes pour les siècles des siècles.
    Amen.

    Que la paix du Seigneur soit toujours avec vous.
    Et avec votre esprit.

    Le prêtre peut alors inviter l'assemblée à marquer réellement son amour de son frère en Jésus Christ & sa volontée de vivre en p☮ix avec lui par un geste :
    Frères, dans la charité du Christ, donnez-vous la paix.
Ce geste de paix est souvent une poignée de main. En effet, même si on l'oublie souvent aujourd'hui, la poignée de main, faite avec la main droite, est un symbole du fait que l'on n'a pas d'arme à la main & était donc utilisée pour donner un caractère pacifique à une rencontre entre deux parties pas forcément amies.

Fraction du pain

Alors que le prêtre partage le pain eucharistique, pain sans levain de l'Exode, hostie corps du Seigneur, pour lui-même, pour les concélébrants, & pour les fidèles, l'assemblée chante trois fois, ou plus le cas échéant.
    Agnus Dei qui tollis peccata mundi,
    miserere nobis.
    Agnus Dei qui tollis peccata mundi,
    miserere nobis.
    Agnus Dei qui tollis peccata mundi,
    dona nobis pacem.
    Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde,
    Prends pitié de nous.
    Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde,
    Prends pitié de nous.
    Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde,
    Donne-nous la paix.
Mettant une fraction de pain consacré dans le calice, le célébrant dit :
« Que le corps & le sang de Jésus Christ, réunis dans cette coupe, nourrissent en nous la vie éternelle. »

Prière avant la communion

Le curé se prépare à communier en disant à voix basse :

Seigneur Jésus Christ, Fils du Dieu vivant, selon la volonté du Père & avec la puissance du Saint Esprit, tu as donné, par ta mort, la vie au monde ; que ton corps & ton sang me délivrent de mes péchés & de tout mal ; fais que je demeure fidèle à tes commandements & que jamais je ne sois séparé de toi.

ou bien :

Seigneur Jésus Christ, que cette communion à ton corps & à ton sang n'entraîne pour moi ni jugement ni condamnation ; mais qu'elle soutienne mon esprit & mon corps & me donne la guérison.

Communion

Le pain de la vie est présenté à son assemblée par le prêtre qui nous dis :

Heureux les invités au repas du Seigneur !
Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

Et les deux parties reprennent en chœur la parole du centurion :

Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir ;
mais dis seulement une parole & je serai guéri.


Le prêtre dit à voix basse :
Que le corps du Christ me garde pour la vie éternelle.
Puis il communie au corps du Christ. Il prend ensuite le calice :
Que le sang du Christ me garde pour la vie éternelle.
Pendant que le prêtre communie, on peut chanter le chant de communion ou lire l'antienne de communion.
    À chacun qui communie au corps du Christ, le célébrant présente l'hostie en disant :
    Le corps du Christ.
    Aussitôt le fidèle exprime sa foi en disant :
    Amen
    À chacun qui communie au sang du Christ, le célébrant présente l'hostie en disant :
    Le sang du Christ.
    Aussitôt le fidèle exprime sa foi en disant :
    Amen

Prière après la communion

ON PEUT S'ASSEOIR

Chacun demeure en silence pour une prière intérieure, prolongeant ainsi la communion dans un dialogue avec la Trinité. On peut aussi chanter un psaume ou un cantique de louange.

Puis le prêtre invite à la prière commune :
« Prions ensemble. »

Il prononce l'oraison post-communion qui demande pour tous les fruits de leur participation à l'Eucharistie dans la vie de tous les jours, afin dans le trivial d'être témoin de l'Évnagile & de l'Amour de Dieu.
« ... par Jésus, le Christ, notre Seigneur. »
Amen.

--+++ooo0ooo+++--

Rite de conclusion

À ce moment on procède aux annonces de la semaine à venir pour les activités de la paroisse.

Bénédiction & renvoi de l'assemblée

DEBOUT

    Le Seigneur soit avec vous.
    Et avec votre esprit.

    Que Dieu tout-puissant vous bénisse
    le Père , le Fils & le Saint-Esprit.
    Amen

    Allez, dans la paix du Christ.
    Nous rendons grâce à Dieu.

Aux messes suivies d'une autre cérémonie liturgique, on omet le rite de conclusion.

Au terme de la messe, le prêtre vénère, adore plus précisément, l'autel comme il l'avait fait au début. En effet, l'autel est le signe de la présence du Christ parmis nous, présence qui perdure dans la vie quotidienne à laquelle chacun est envoyé.

--+++ooo0ooo+++--

Ite missa est...